J.S.J : la 2ème profondeur d'Energie en image.

Selon le Jin Shin Jyutsu, l'Energie de Vie Universelle qui circule à l'intérieur de chacun de nous se manifeste à  travers différents niveaux de densité. On appelle ces niveaux des "profondeurs".

En progressant à travers chacune d'elle; l'Energie nourrit chaque partie de notre être, de la peau superficielle à notre structure la plus dense, l'os. 

Une expiration naturellement profonde permet à l' Energie vitale de progresser à travers ces 5 profondeurs.

La première a être nourrie par cette Source de Vie est  la peau superficielle, notre épiderme.

La deuxième profondeur est la plus vaste; elle fait appel à elle seule, à près de la moitié de nos 26 verrous de sauvegarde.


La deuxième profondeur apporte au corps vitalité et énergie; elle régule en nous les rythmes essentiels de la vie, le mouvement de va et vient, ce qui entre en nous et ce qui sort de nous; entre donner et recevoir, accepter et refuser.
A travers cette deuxième profondeur, l'énergie de vie crée ce que l'on appelle la "peau profonde", le réseau de tissus qui se trouve juste sous la peau et qui enveloppent les organes principaux du corps.

B.Ducoux, ostéopathe,  nous en parle à sa manière dans un article riche et aussi touchant que la vidéo.

 

En tant qu’ostéopathe, je me suis toujours efforcé d’expliquer notre méthode au monde médical et scientifique :

QUE SE PASSE-T-IL QUAND NOUS POSONS NOS MAINS SUR LES PATIENTS, QUAND NOUS LES MANIPULONS ?

J’ai décidé de faire un film dans ce sens avec le docteur Jean-Claude Guimberteau, un chirurgien qui a réalisé trois autres projets similaires : Promenade sous la peau, Muscles attitude et Le passage de l’épiderme. Dans le cadre d’opérations, il a glissé des endoscopes sous la peau de volontaires. Cela nous a permis de découvrir un monde extraordinaire, très différent de ce que décrivent  les manuels d’anatomie. Pour cause, notre connaissance sur ce sujet est essentiellement basée sur des personnes décédées et non vivantes. Je crois que nous apportons, avec ce film, de réelles découvertes.

 

QU’AVEZ-VOUS CONSTATÉ GRÂCE À CETTE TECHNIQUE ?

 

Nous avons pu voir de nos yeux ce qui se passait quand on manipule un patient. Il nous est apparu que, contrairement à une idée reçue, les articulations et l’ossature jouent finalement un rôle moins essentiel que la matrice extracellulaire. Celle-ci permet au corps de transmettre des informations à l’ensemble du corps. Concrètement, on voit les groupes de cellules se tendre et, soudainement, se relâcher, en fonction des manipulations du praticien. À l’écran, c’est très impressionnant : les fibroblastes se regroupent, se séparent et bougent, un peu à la manière d’un banc de poissons. C’est comme un gel aqueux qui transmet l’information à l’ensemble de l’organisme. Tout semble se dérouler… comme dans la nature : jusqu’à six millions de cellules sont impactées. Le travail de l’ostéopathe consiste ainsi à équilibrer les points de tension et de compression dans le tissu conjonctif, pour rétablir un équilibre systémique.

 

Extrait de la vidéo par Arno sur Vimeo.

COMMENT L’EXPLIQUEZ-VOUS ?

 

Nous pensons que cette organisation correspond au principe de tenségrité. Il suffit de placer des points de tensions et de compression pour que l’ensemble tienne de façon harmonieuse. Notre film le démontre, bien que les milieux médicaux et scientifiques aient beaucoup de difficultés à l’admettre. On nous objecte que cette conclusion n’est pas basée sur des preuves, des statistiques, ou même qu’il est facile de truquer des images ! Je pense qu’il faudrait pourtant prendre en compte le formidable essor de l’ostéopathie dans nos sociétés. Les patients apprécient cette approche positive, sans médicament et, pour ainsi dire, écologique. C’est une démarche durable, qui permettrait d’ailleurs de faire des économies importantes en termes de santé publique.

 

VOUS AVIEZ DÉJÀ RÉALISÉ UN FILM SUR L’OSTÉOPATHIE…

 

En 2009, j’ai réalisé Dialogue à trois voix. L’idée était d’expliquer le rôle que pouvaient jouer les ostéopathes dans une maternité. Ils sont, là encore, des passeurs entre les bébés et leur environnement. Une gynécologue obstétricienne et une sage-femme y témoignent de l’importance d’une consultation à la naissance.* J’ai toujours souhaité jeter des ponts entre les différentes disciplines. C’est pourquoi j’ai fondé une Formation et Recherche en Ostéopathie Pédiatrique (FROP) à Bordeaux, pour les praticiens qui ont terminé leurs études. Nous travaillons autour des nouveaux nés et de la pédiatrie, avec des psychomotriciens, des psychologues ou encore des nutritionnistes. J’envisage de monter une nouvelle structure, également pluraliste, à destination des personnes âgées, malheureusement « parquées » dans des centres d’accueil… Il s’agit avant tout d’apporter du bien être, en utilisant toutes les compétences.